Je joue du violoncelle, je joue au bridge, je lis et j'écris ... de temps en temps je compose ...

samedi 31 décembre 2016

A Rome aussi, il y avait des écoliers farceurs...

Henry Winterfeld : L'Affaire Caïus. 
L'affaire se passe sous la Rome antique. Pendant un devoir, Rufus, un écolier farceur accroche derrière le maître une tablette où il a écrit "Caïus asinus est" (Caïus est un âne). Le maître le renvoie.
Caïus, c'est un lourdaud, mauvais élève, mais fils du sénateur Vinicius. Et voici que le lendemain, on trouve écrit ces mêmes mots sur la façade du temple de Minerve, en face de la maison du même sénateur. Rufus, coupable tout trouvé, est emprisonné. Ses camarades vont s'efforcer d'établir son innocence. Qui est donc ce mystérieux Lukos, astrologue qui ne sort jamais de chez lui, et qui sont ces personnages importants qui viennent le voir la nuit ?
Il s'agit d'un roman policier pour la jeunesse, écrit par un américain d'origine allemande, Henry Winterfeld, qui a publié plusieurs romans pour la jeunesse sous le pseudonyme de Manfred Michaël. C'est tout indiqué pour un élève de 6ème-5ème, surtout s'il s'intéresse à l'histoire. Mais pour un adulte aussi !
Paru en Allemagne en 1953, en France en 1955. 
https://www.amazon.fr/Laffaire-Ca%C3%AFus-Henry-Winterfeld/dp/2010009010/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1483195182&sr=8-1&keywords=l%27affaire+caius

mercredi 21 décembre 2016

Un livre choc, d'actualité... paru en 1973 !

"Le temps des mille ans s'achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée" (Apocalypse, 20, v.8-9).
Un livre choc, paru en 1973, époque du "peace and love" et du pélerinage à Khatmandou, ce qui a sans doute fait choisir l'Inde comme pays d'origine des migrants. Beaucoup de personnes de l'époque, avides de découvrir d'autres civilisations, d'autres cultures, encensaient tout ce qui venait de l'Asie. En réalité, tous les humains se valent, sont profiteurs, lâches, envieux, mais on ne peut reprocher à quelqu'un de chercher une vie meilleure... 
Une multitude de pauvres gens de l'Inde embarque sur des raffiots bons pour la casse, en direction de l'Europe, la terre promise. Affolement des populations, des pouvoirs publics, quand ces gens arrivent sur les côtes de la Méditerranée, c'est la fuite générale... Les politiques sont impuissants, englués dans les bons sentiments, atteints du "complexe du colonialisme". C'est la fin du monde blanc.
N'oublions pas que Jean Raspail a été explorateur, a fait partie dans les années 1950-60 de ces expéditions qui ont décrit les habitants de la Patagonie. Voir "Antoine de Tounens" et "Qui se souvient des hommes". 
Raspail est très "politiquement incorrect" (être royaliste, de nos jours !) mais il se montre ici visionnaire, on ne peut pas ne pas comparer son livre aux problèmes actuels des migrants. Son style est flamboyant, et, s'il se complait souvent dans la provocation par des qualificatifs racistes, il n'est pas dénué d'humour. Ferait-on paraître ce livre aujourd'hui ? On en doute... Mais en tous cas, on en parlerait !
Voir le blog de Jean Raspail : http://jeanraspail.free.fr/bibliographie_raspail.htm 
Et après ce livre, lisez"Les Hussards" ou "Le jeu du Roi". 
https://www.amazon.fr/Camp-Saints-pr%C3%A9c%C3%A9d%C3%A9-Big-Other/dp/2221123964/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1482340969&sr=1-1&keywords=le+camp+des+saints

lundi 12 décembre 2016

dimanche 4 décembre 2016

Concert de l'ensemble Ars Fidelis Jeudi 15 décembre 2016

L'ensemble Ars Fidelis donnera un concert consacré à Tchaïkovski en l'Eglise Saint Martin des Champs, 36 rue Albert Thomas, 75010 Paris, sous la direction de Gabriel Drossard.
Au programme : Concerto pour violon, avec Maria Hara en soliste, et la Suite "Le Lac des Cygnes".

mercredi 30 novembre 2016

"Laudanum" de Virginie Bégaudeau.

Un roman qui remet les pendules à l'heure aux nostalgiques de "l'ancien temps". Oui, au début du vingtième siècle, quand la psychiatrie était encore balbutiante et qu'on ne savait soigner les "fous" qu'en les attachant ou en les bourrant de drogues, sans distinguer les divers types de désordres mentaux. Une femme accouche dans un hôpital psychiatrique. Comment traiter l'enfant ? Est-elle malade ou victime ? Le famille fait ce qu'elle croit être le mieux. Mais qu'est-il arrivé à Moïra ? Il faut qu'elle rencontre Claire, fille de médecin et future psychiatre, pour que l'on puisse démêler les fils de cette histoire. Un morceau de bravoure : l'exposé de Claire devant le faculté de médecine. Une jeune femme, pas même médecin, qui décrit une affection mentale en 1908. A une époque où Freud  commence tout juste à être connu, et n'avait pas encore autorité. 
Un livre lourd, qui parait s'éterniser vers le milieu, mais plus on avance plus l'action s'accélère et tout est nécessaire à la compréhension de l'histoire. 
Merci à Virginie Bégaudeau pour cette tranche de vie et d'histoire. 
Editions Books On Demand, 404 pages, 15.99 €.



Un concert le Samedi 10 Décembre à Saint Martin Des Champs, Paris 10ème

Concert de l'Orchestre du Violon d'Ingres, sous la direction de Claude Raymond, à l'église Saint Martin des Champs, 36 rue Albert Thomas Paris 10ème (Près de le République). Au programme : Symphonie Concertante de Haydn et 4ème Symphonie de Brahms.

mardi 1 novembre 2016

Dans la famille "Higgins Clark", voici ... la fille !

J'aime depuis toujours les polars, j'aime Mary Higgins Clark, mais aussi sa fille, Carol Higgins Clark. Ses polars sont plutôt de la "littérature féminine" mais l'intrigue tient très bien la route ! En plus, l'ambiance est très américaine, on s'y croirait, on peut presque les lire avec Google Earth ouvert à côté, pour suivre. J'ai bien ri avec "For ever", qui démarre sur une histoire de robe de mariée saccagée (ça c'est un crime aux USA, le mariage est très important sur le plan événementiel !), "Zapping", qui se passe pendant une gigantesque panne d'électricité à New York, "Tempête sur Cape Cod", une station de vacances prisée de la côte Est. Le point commun : l'héroïne, Regan Reilly, détective privée, fille d'un entrepreneur de pompes funèbres et d'une romancière, n'arrive jamais à passer un parfait week-end en amoureux avec l'élu de son coeur, qui est, lui, policier. Il y a toujours quelque chose qui se passe. Comme Hercule Poirot dérangé en plein exposé gastronomique !
A gauche : la mère, Mary Higgins Clark, à droite : la fille, Carol Higgins Clark. Le polar est une affaire de famille !

Micheline Cumant : La Mort dans les Cromlechs

Editions Books On Demand, 240 pages, 9.50 €.
Un roman policier bien classique, qui se déroule en Angleterre, dans la campagne, entre les cottages, avec des chevaux, des voitures - anglaises, bien sûr ! -, un enquêteur de Scotland Yard et des policiers locaux, avec un magistrat retraité qui a le rôle de conseiller.
Et tout cela se passe dans un endroit chargé d'histoire : Avebury, dans le Wiltshire. Le site est moins connu que Stonehenge - qui n'est qu'à 35 km -, mais Avebury est construit sur un cromlech, alignement de pierres circulaires, daté de l'époque néolithique, environ 2 600 avant Jésus-Christ.
Le superintendent Quint-William Rockwell, de Scotland Yard, escomptait bien passer quelques semaines de vacances dans sa maison du Wiltshire, tout près d'Avebury, en promenades à pied, à cheval, en conversations agréables avec son vieil ami le magistrat à la retraite Seamus Casey-Wynford. Mais il y a eu un cadavre, un enfant inconnu assassiné. Cela concerne la police locale. Mais ensuite, il y a eu un accident... non, un meurtre... Et il y a une jeune fille qui semble focaliser les regards de beaucoup de gens, un éleveur de chevaux, un producteur de télévision, une dame honorablement connue à Swindon, la ville voisine. ¨Plus un artiste peintre un peu excentrique, sa soeur, psychologiquement instable, un médecin légiste cynique et désabusé. Avec tout ce monde, la police locale piétine. Et le superintendent, d'abord intrigué par les faits, doit aider ses collègues. Mais à sa façon. Avec son vieil ami le magistrat, ils démontent les indices à la façon d'une analyse musicale. Car tout s'enchaîne, tout est construit comme une fugue de Bach, le compositeur favori du magistrat, mais tout se développe avec la virtuosité romantique d'un scherzo de Chopin, que le superintendent joue à merveille. L'aventure se déroule en trois mouvements, comme un concerto, et se termine avec une cadence de soliste.



vendredi 14 octobre 2016

Bob Dylan ?

Le Prix Nobel de littérature à Bob Dylan ? Pour pas mal d'entre nous, cela a l'air d'une blague. Bon, j'aime bien les textes du chanteur, j'aime bien Joan Baez (c'est en grande partie elle qui l'a fait connaître), j'aime bien le folk... Mais un Nobel...
Son rôle d'"auteur contestataire" est le fait de Joan Baez :
En Amérique, il n'y a pas de profession "noble" ou "normale" et de profession "marginale". En Europe, surtout en France, essayez de louer un appartement si vous êtes musicien, sportif professionnel, acteur ! Ou simplement en profession libérale ... La sacro-sainte fiche de paie atteste de votre sérieux ... D'où l'étonnement.
Mais en dehors de ce point de vue, est-ce que ses texte méritent tant ? Personnellement je trouve que cela fait nostalgie des années hippies. Ou c'est une concession au "plus célèbre de cette époque encore vivant".
Et ses textes sont indissociables de la musique. Alors ? Un Prix Nobel de Musique ? Tiens ? Entre Ennio Morricone, John Williams, Vangelis Papathanassiou, Nino Rota ... pour ne parler que de ceux qui écrivent pour le cinéma, donc connus aux USA.
Bref ... Jacques Brel, Georges Brassens, Jean Ferrat sont morts trop tôt ...
Alors, pour être célèbre, écrivez en anglais ! Ou traduisez !
Why not ?

mercredi 5 octobre 2016

Et si on faisait un bridge ?

On aime taper le carton ? On aime se prendre la tête ? On aime être en groupe ? Alors on peut apprendre à jouer au bridge. Il paraît que c'est compliqué ... bon, certes, mais on peut simplifier, sans pour autant jouer au petit bonheur. Pour en savoir plus, consultez mon site :
http://bridgeautrot.jimdo.com

"Remember Scarborough Fair" pour flûte, alto et violoncelle.

Un petit clin d'oeil à la chanson de Simon et Garfunkel, et un souvenir de musique ancienne.
http://www.free-scores.com/partitions_telecharger.php?partition=73484#

samedi 1 octobre 2016

Un concert le Samedi 15 Octobre 2016 à Paris 14ème

N'oublions pas la musique ! L'ensemble Ars Fidelis dirigé par Gabriel Drossart donne un concert Samedi 15 Octobre à 20 H à l'Eglise Notre-Dame du Bon Secours 8 rue Giordano Bruno Paris 14ème. Au programme : Mozart et Beethoven. 

Des Livres Et Moi: Livres et vous ? Livrez-vous... Avec Jérôme Dumont...

Un de mes auteurs de prédilection, merci au blog !

Des Livres Et Moi: Livres et vous ? Livrez-vous... Avec Jérôme Dumont...: Parce qu'on ne change pas les bonnes vieilles habitudes, c'est avec grand plaisir que je vous retrouve cette fois encore pour un...

jeudi 29 septembre 2016

Shiny Beasts: Avoir ou ne pas avoir de lecteurs : un problème de...

Les catégories des ouvrages de fiction ! On recommande à tout auteur de prendre garde aux mots clés, aux catégories. Mais évidemment, il y a des écrits qui échappent aux catégories, des auteurs qui se refusent à être enfermés dans un quelconque tiroir et ne suivent aucun courant. J'ai lu quelque chose de Sheridan Le Fanu, il y a longtemps, un écrit comportant du fantastique, un commentaire en faisait un style ayant inspiré Lovecraft ... peut-être, mais ce n'est pas flagrant. Ce n'est pas simple, effectivement !

De plus, les sites marchands ont une liste de catégories bien définies et n'en rajouteront pas volontiers une pour un ouvrage. Les mots-clefs peuvent aider, mais ils sont en nombre limité. Un résumé bien fait est le mieux, mais encore faut-il que le lecteur tombe dessus !

On peut entrer l'ouvrage "inclassable" dans une catégorie et préciser les caractéristiques dans le résumé. C'est tout ce que l'on peut faire. A part de la pub sur les réseaux !

Shiny Beasts: Avoir ou ne pas avoir de lecteurs : un problème de...:    Tout éditeur et tout écrivain sait, ou devrait savoir, que neuf lecteurs sur dix achèteront un livre en raison principalement, sinon uni...

vendredi 9 septembre 2016

François De Bressault : Le Jardin Clos

Nous sommes en 1940, le jeune Malo, treize ans, a quitté Paris avec sa famille et vit dans une petite ville de province. C'est la guerre, son père, mobilisé, ne donne pas toujours de ses nouvelles, la famille ne sait rien de ce qui se passe ni ce que l'avenir réserve. Malo, lui, vit dans son monde, il ne veut pas encore pénétrer dans l'univers des adultes, il cherche ce qui se passe en lui en ce début d'adolescence. La vie continue, le collège religieux, les nouveaux camarades, les cousins et cousines de province ... Malo, brusquement, découvre un sentiment jusqu'alors inconnu en flashant sur un camarade plus âgé. Il sent qu'il arrive dans un domaine secret, un "jardin clos" dont il ne peut guère ouvrir la porte aux autres, ni à son cousin plus âgé qui ne pense qu'à ses petites amies, ni à sa mère qui s'inquiète de la guerre qui approche, ni à ses camarades, et surtout pas aux professeurs, ces religieux qui traquent "les mauvaises mœurs", Malo ne sait même pas au début de quoi il s'agit. Comment peut-on concilier ces amours naissantes et le bouleversement mondial qui occupe tous les esprits, comment vivre cette rupture, c'est à la fois la fin d'une enfance et la fin d'un monde.
François de Bressault, qui a vécu cette période à cet âge - l'histoire a un parfum d'autobiographie - décrit ce rite de passage en une langue très belle. On pense à Roger Peyrefitte, "Les amitiés particulières", à Julien Green. L'enfant est-il content de devenir un jeune homme ? A-t-il l'impression d'être poussé par quelque chose, ou est-ce lui qui manipule les ressorts de l'histoire ?
"Tout à l'heure, sans doute, au collège, il allait rencontrer José qu'il avait juré d'éviter quelques jours plus tôt. Il le recherchait maintenant. Était-ce mal ? Son ami venait de manifester qu'il possédait une conception de l'amitié étrangère jusque-là à Malo. Cela l'effrayait un peu, comme tout ce qu'on ignore. Mais l'enfant, loyalement, avait essayé de calmer l'appétit nouveau de son cœur ; il n'y était pas parvenu. S'il avait été à Paris comme avant la guerre avec ses vieux amis de collège, il n'aurait pas, peut-être, agi de même. Cette coupure dans sa vie semblait l'avoir aussi séparé quelque peu de son enfance. Il désirait autre chose que ses jeux familiers. A près de quatorze ans, on rêve déjà et l'on peut connaître la solitude du cœur. De l'amour de sa mère déjà il se sentait plus loin."
 Aux Editions Books On Demand, 344 pages, 15.60 €

samedi 3 septembre 2016

Micheline Cumant : Monsieur Barbotin, Maître en Musique, ou les tribulations d'un génie méconnu

Editions Books On Demand, 184 pages, 10.99 €.
Ecrire une énième biographie de tel ou tel grand compositeur de l'époque baroque : que nenni ! On croirait que nos ancêtres étaient tous des génies, ou que l'on n'avait le droit d'exercer la profession de musicien que si l'on était un surdoué. Evidemment non ! Il faut un grand nombre de petits, obscurs, sans-grades, pour voir apparaître un compositeur dont le nom restera. Eh bien, ces petits, en voici un...
Sous le règne de Louis Quinze, naît un garçon, Barbotin, que l'on pousse à choisir la carrière musicale. Mais, non seulement le jeune homme n'est guère doué, mais en plus il se prend pour le génie du siècle et le fait savoir bien haut. Du coup, il parvient à la célébrité... comme dindon de la farce ! Ses prétentions font qu'une bande de farceurs le choisit comme sujet de plaisanteries parfois fort douteuses... 
Inspiré d'anecdotes de l'époque, puisées dans les mémoires, articles du "Mercure François", du "Journal de Musique" et de "La Gazette de Hollande", le roman est écrit dans le style du dix-huitième siècle. Un clin d’œil au "Neveu de Rameau".


Dominique MARIE : Calixte

Un roman de science-fiction à lire absolument pour qui prise ce genre. Un vaisseau intergalactique découvre une planète semblable à la Terre. Mais ses habitants - humains, mammifères, oiseaux -, s'ils ressemblent à ceux de notre planète, n'ont pas le même degré d'évolution : les oiseaux semblent être au sommet de l'échelle sociale, les humains sont réduits au rôle d'animaux d'élevage. Les explorateurs vont aller de surprise en surprise et ... non, je ne dévoilerai pas l'intrigue !
L'auteur a certainement apprécié "Les Oiseaux" d'Hitchcock et "La Planète des Singes" (rappelons que ce dernier ouvrage est un roman de l'écrivain français Pierre Boulle, paru en 1963, avant d'être adapté en film en 1968 par Franklin J.Schaffner). Une réflexion dans la lignée des romans qu'ont inspiré les recherches de Darwin sur les degrés d'évolution des êtres vivants. 


jeudi 1 septembre 2016

François de Bressault : Un Hiver de Prudence

Dans une petite ville angevine bien tranquille, les esprits sont échauffés par la loi qui va paraître en Décembre 1905, instituant la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Aux débats politiques vient se greffer une affaire de mœurs concernant un collège religieux. Le président du tribunal, l'avocat et le juge tentent de découvrir le fin mot de cette histoire. S'agit-il vraiment d'une atteinte aux bonnes mœurs, n'est-ce qu'une manœuvre politique des anticléricaux, ou tout simplement des racontars de la part d'un mauvais élève que l'on a puni ?
En cet hiver agité politiquement, il importe de ne pas faire de vagues pour peu de choses... On peut être adversaires politiques et membres de la bonne société provinciale !
On peut dire que même dans le domaine politico-juridique, il faut aussi conserver le sens de l'humour...
Le roman est tiré d'un fait divers réel que l'auteur tint de son grand-père.
Aux Editions Books On Demand, 92 pages, 6.99 €.

mercredi 31 août 2016

Micheline Cumant : "Je m'ennuie..."

Editions Books On Demand - 140 pages - 7.90 € : http://www.bod.fr/livre/micheline-cumant/je-mennuie----/9782322040124.html
Que celui qui ne s'est jamais ennuyé me jette la première pierre ! On ne s'ennuie pas uniquement parce qu'on n'a rien à faire, mais également parce qu'on est contraint de se livrer à des tâches répétitives et sans intérêt intellectuel. Du coup, j'ai réuni une série de nouvelles sur ce thème. Au fur et à mesure de l'écriture, je me suis aperçue que tout le monde pouvait s'ennuyer ! Que l'on soit une artiste peintre, une comptable, un soldat sur la ligne Maginot, un fantôme, la Comtesse Du Barry ou la Tour Eiffel, on peut être saisi par ce vilain parasite en forme de cafard vaseux qu'est l'ennui. Même les vaches et les pianos peuvent le dire !


Une bande-annonce pour les livres de Jérôme Dumont

J'ai lu avec un grand plaisir la série des aventures de "Rossetti et Mac Lane". On se promène dans un univers qui pourrait être le nôtre, ultra-connecté (dès qu'on parle d'informatique et d'internet, je dresse l'oreille ! Ah que ne suis-je pas née vingt ans plus tard ...), à la pointe de la technologie, et les personnages au fil de leurs enquêtes policières "borderline" mais amusantes deviennent nos meilleurs amis. On n'a qu'une idée quand on ferme le livre, ou que l'on éteint sa liseuse : "vite, la suite !".
http://jeromedumont.com/2016/02/23/rossetti-maclane-la-bande-annonce/

mardi 30 août 2016

Jean-Pascal Ansermoz : Les Moustaches d'Aristote

Je suis tombée sous le charme de ce recueil de nouvelles. Certes, j'aime les chats, et en plus, si le héros de ce livre se nomme Aristote, le mien s'appelle Socrate. La sagesse féline n'est pas une légende !
L'auteur alterne les réflexions du chat sur les humains, et les nouvelles d' "humains ordinaires" ... Touchantes, drôles, poétiques, et avec toujours une chute ... souvent inattendue !
Une très belle écriture pour qui aime "le beau langage". L'auteur mériterait de vivre au dix-huitième siècle et de rencontrer Diderot, Beaumarchais et Marivaux ... Mais aussi Rousseau pour comparer ses rêveries du promeneur félin avec celles du solitaire ...
Il y a 2 suites à ce recueil, plus d'autres ouvrages.
Le site de l'auteur : http://www.jpa.ch/livres.htm
Le livre chez Books On Demand : http://www.bod.fr/livre/jean-pascal-ansermoz/les-moustaches-daristote/9782810625994.html

Au bazaar des livres: L'autoédition et moi ?

Tout à fait d'accord avec l'auteur ! Qui a le courage de ses opinions et ne laisse pas tomber un livre qui ne lui plaît pas tout à fait. C'est ce que j'appelle une lectrice au meilleur sens du terme.

Au bazaar des livres: L'autoédition et moi ?: Cela fait un moment que ça me démange de faire un article qui serait un peu une mise au point. En effet, depuis que je soutiens l'autoéd...

samedi 27 août 2016

Shiny Beasts: Les personnages ou l'intrigue : il faut choisir

Une réflexion intéressante sur les rapports entre personnages et intrigues :

Shiny Beasts: Les personnages ou l'intrigue : il faut choisir:     T out écrivain débutant est amené assez rapidement à découvrir cette ennuyeuse réalité : si vous privilégiez les personnages dans vo...

jeudi 25 août 2016

Micheline Cumant : Les Eaux Profanées

Editions Books On Demand, 108 pages, 4.99 €.
L’histoire commence dans les temps reculés où régnaient les génies de la terre et des eaux. Le géant Eochaid a indiqué aux compagnons du roi Habis un emplacement pour bâtir leur ville. En échange, ils devront respecter la fontaine sacrée.

De nos jours, à Angers, un homme disparaît, on découvre une source souterraine … Étienne en cherche la raison, mais s’agit-il d’une banale nappe d’eau, ou de la source sacrée qui lui vaudra la vengeance du géant réveillé du fond des âges ? A-t-il rêvé, ou les légendes continuent-elles à vivre parmi nous ?

Micheline Cumant : L'Ombre s'étendit sur le Jardin

Editions Books On Demand, 132 pages, 6.10 €.
http://www.bod.fr/livre/micheline-cumant/lombre-setendit-sur-le-jardin/9782322077939.html
Sonia a quinze ans, l'âge où l'on se découvre, mais où l'on se croit unique, et où l'on se culpabilise de ne pouvoir changer la courbe du destin. Au moment où des sentiments s'éveillent en elle, elle se rend compte que sa sœur aînée, brillante étudiante qui a toujours été pour elle un soutien, un modèle, sombre dans une déchéance dont elle ne comprend pas tout de suite la cause. Elle s'en veut, elle en veut à son père, en même temps qu'elle vit une évolution de sentiments tendres pour une amie plus jeune.
Dans une campagne pourtant paisible, où le cours de la vie est rythmé par la pluie et le vol des oiseaux qu'elle a appris à aimer et à considérer comme des présages, elle se sent impuissante et se reproche sa lâcheté. Seule, Sonia est seule à pouvoir affronter ce que vit sa sœur, ne faisant confiance à personne et ne sachant pas à qui ou à quoi attribuer la responsabilité de ce malheur.


Micheline Cumant : Le Prince et ses Bouffons

Editions Books On Demand, 320 pages, 15.50 €.
http://www.bod.fr/livre/micheline-cumant/le-prince-et-ses-bouffons/9782322033447.html
David est professeur de piano. Sa vie s'écoule tranquillement, il a les soucis de tout le monde, mais les joies que donne la musique.
Mais un jour, un homme arrive et lui annonce : "Vous êtes la réincarnation de Franz Liszt". Et cet homme est un prince, d'origine russe, qui devient son mécène. David plonge alors dans un monde qu'il ne soupçonnait pas, rencontrant des gens qui vivent et pensent autrement, gardant soigneusement au-dehors les contingences sociales et politiques, ou alors les traitant avec humour ... Il se sent enfin le droit de rêver.
Mais les événements extérieurs rattrapent le rêve. Peut-on jouer du Liszt, a-t-on le droit de ne penser qu'à son art entre deux courriers administratifs et au milieu de circonstances dramatiques ? Et l'amitié restera-t-elle intacte malgré tout ...

mercredi 24 août 2016

Micheline Chaoul : "Mes Logigrammes"

Editions Books On Demand - 72 pages - 6.80 €
Un logigramme est un jeu visant à remplir une grille à l'aide d'indices. Ce recueil est assez simple, les sujets des enquêtes sont variées. Vous évoluerez aussi bien durant l'Antiquité qu'au 18ème siècle, en France, dans l'espace, à cheval, sur un bateau... Pour les amateurs de mots croisés et de sudoku.
Avis de lecteurs :
"Super livre pour les personnes amatrices de logique, assez de grilles pour y passer un bon petit moment, c'est génial" (Angélique)
"Il n'existe pas dans la presse de logigrammes de niveau 1, c'est-à-dire pour les enfants. Celui-ci est admirablement bien fait : clair, propre, pas de pubs, agréable, mais il n'existe que ce seul exemplaire, que faire lorsqu'il sera rempli ?" (Marie-Jo) (Nota : Un second volume est en préparation).